L'ecole primaire Pierre Ntsiete  ne dispose plus d'archives, et de mobilliers de service . Un incendie d'origine inconnue a tout consumé et les bureaux de la direction ne sont pus qu'un amas de cendres. Cette école qui fait la fierté de l'arrondissement 5 Ouénzé où près de 90% de cadres de cette circonscription administrative ont fait leurs études présente actuellement un décor apocalyptique.

ECOLE BRULEE

 

                Une vue des locaux incendiés de l'école primaire Pierre Ntsienté

 La prochaine rentrée scolaire risque d'etre problématique à l' école primaire Pierre Ntsiete de Ouenzé. Une main noire, on ne sait pour quelle raison, a mis le feu dans le bloc administratif de l'établissement où les bureaux du directeur et du directeur des études, transformés pour la circonstance, en un amas de ruines. Selon les témoignages recueillis sur place, cet incendie a débuté aux prémières heures de la matinée du mecredi 31 juillet dernier.Certaines sources parlent de sabotage, car ce bloc administratif n'est pas electrifié, ce qui écarte du coup la thèse de court circuit. Certainement l'enquete de police établira les vrais causes de cet incendie.

En attendant l'enquete de police, nous ne cesserons de le dire que,  la sécurisation des établissements scolaires apparait ou demeure une necessité impérieuse. A défaut de la force publique,les directeurs des établissements scolaires pouvaient s'organiser à leur niveau pour créer les meilleures conditions de sécurité de leurs écoles. Avec l'association des parents d'élèves des stratégies pourront etre devéloppées pour s'offrir les services d'une agence privée de sécurité. Là au moins les dégats seront limités et ce genre de sabotage n'aurait plus force de loi dans les écoles de Brazzaville.

A kinshasa, la meme semaine, on a parlé également d'un incendie dans une école de finaliste. Mais, ici ce sont les élèves mécontents qui ont mis le feu  pour montrer leur rals-le-bol quant aux mauvais résultats scolaires. Une thèse prouvée par les enquetes policières. C'est autant dire que, aucun indice ne devrait etre négligé , meme du coté des apprenants, qui pour une raison ou une autre, peuvent également brouiller les traces pour échapper à une éventuelle sanction ou un mauvais résultat de fin d'année. Mais, sauf que, la plupart des enquetes de police au Congo pourissent dans les tiroirs et souvent la police congolaise a  une phobie pour des enquètes qui ne bourrent pas les poches et ne font couler le miel à flots.