La nouvelle est tombée comme un coupéret. l'honorable Willy Mantsanga, Ya Mazas, vient de quitter cette terre des hommes, ce 9 octobre 2014 à 23 heures, à l'hopital d'Orléans à Paris à la suite d'une longue maladie.

ya mazas

 

                                Ya Mazas, le quartier d'abord ( Photo sur le net)

L' Assemblée nationale et la circonscription électorale de Kinsoundi sont en deuil. Leur député Willy Matsanga, alias le quartier d'abord, vient d'etre arraché à l'affection de la terre congolaise. Une mort qui constitue une grande perte sur ce digne fils du Congo habité par un esprit d' humanisme sans pareil. Une disparition qui survient au lendemain de son élection comme conseiller municipal à Makélékélé à la suite des locales du 28 sptembre dernier. Unique en son genre, ya Mazas laisse un vide autour de lui. Du temps de son vivant, son domicile était la destination par excellence des déshérités,des femmes en difficultés, des jeunes sans emplois et des personnes malades. Sans distinction aucune, tout le monde trouvait la solution à son problème.

Ya Mazas a été aussi un grand Ami de la presse. Et nous n'oubliérons jamais ce grand souvénir lors du lancement des travaux de la municiplaisation du Pool par le président de la République en mai 2012. Les journalistes non accrédités par la présidence de la République, une fois l'activité finie ne savons à quel saint se vouer. En sillonnant de fonds en comble, la ville de Kinkala sur la voie goudronnée à quelques encablures du boulevard qui a abrité le défilé, un agent de prévention et de sécurité privée  nous a interpellé pour le compte d'une autorité politique. Arrivé dans la résidence sus indiquée, c'est l'honorable qui nous recoit sans protocole.

" Monsieur les journalistes, aujourd'hui c'est un grand jour, je vous ai appelé pour feter ensemeble avec vous" avait dit Ya Mazas en guise de salutations. Et à la surprise générale, nous étions traités comme des invités d'honneur et le champagne a été sablée et la viancde de boeuf tuée pour la circonstance a garni nos assièttes.La fète a continuer jusque tard dans la nuit et ya Mazas nous a proposé que nous rentrions ensemble à Brazzaville.Certains de nos confrères ayant dépassé la dose d'alcool ont jugé mieux de rentrer à Brazza, une décision approuvée par l'ensemble des journalistes que nous étions. En dépit de cela, le grand Ami de la presse a pris des enveloppes pour nous donner comme si, nous étions venu couvrir l'activité pour son compte. un grand souvenir que je n'oublierai jamais; Une facon pour nous les journalistes de rendre un vibrant hommage à ce grand Homme qui nous quitte à fleur d'age.

Ya Mazas, tu es parti mais la presse et le Congo ne t'oublieront jamais. Nous avons que la perfection n'est pas de ce monde, mais tu as toujours placé l'interet général au dessus de tout. grace à toi, Kinsoundi hier un nid de violence est devenu aujourd'hui une havre de paix. Ya Mazas, tu nous laisse au moment où nous avons encore besoin de tes loyaux services. La route de kinsoundi est en voie des dégrader et tu as été le seul à lever ton petit doigt pour apporter la solution qui fait aujourd'hui la fierté des populations et des automobilstes.tes paroles prononcées lors de la cérémonie d'échange des voeux de 2013 continuent à resonner en nous.L'achat d'un cable de courant pour l'électrification de tous les qurtiers de Kisoundi. geste accompagné d'un don de véhicule pour les personnes handicapées et les femmes en état de grossesse. Ya Mazas, va que la terre te soit légère.