Centre hospitalier ou cabinet médical inexistant, eau de la SNDE et courant de la SNE rares, circulation des foula-foula interrompue à 21 heures, marché non encore opérationnel, maisons de culte quasi absentes… ce sont là quelques difficultés auxquelles font face les habitants du quartier Ngampoko ou encore « Lac Bleu » de Mayanga, dans l’arrondissement 8 Madibou.

Photo-Ars-ne-Madibou (1)

          L'eau potable, une denrée encore rare à Ngampoko ( photo Arsene Severin)

L’arrondissement 8 Madibou ne cesse de s’agrandir à l’image de Brazzaville son géniteur. Malheureusement, cette extension ne s’accompagne pas des équipements structurants à l’instar  de l’eau, du courant, du marché et de la route carrossable. Ceux qui y vivent et qui viennent visiter les nouveaux quartiers, tels Ngampoko, réalisent un véritable parcours de combattant, surtout en temps de pluie avec des étendues d’eau à l’emporte-pièce par faute de canalisation.

Les populations se sont réjouis récemment avec  la mise en dalette de la route Mayanga- terminus de Ngampoko, mais leur joie n’a été que de courte durée car la pluie qui est tombée récemment dans la capitale n’a pas arrangé les choses. L’eau, par faute de canalisation a envahi la plupart des domiciles situés aux abords de la route dallée, tout en formant un grand lac au niveau de la zone dénommée «  Lac bleu ». Une situation qui a fortement paralysée les activités quotidienne de la zone.

Au regard de la situation déplorable de certains quartiers nord, à l’instar de « Simba pelle », en proie à des érosions multiples, d’aucuns pensent que les ingénieurs chinois doivent revoir leur copie avant que le pire n’arrive. Malheureusement, aucune action n’est entreprise jusqu’à ce jour et l’on attend sans doute la période de grandes pluies pour jouer aux enchères.

Une autre question qui taraude les esprits des « Ngampokois », c’est le problème d’approvisionnement en eau potable. Les domiciles situés aux alentours de l’usine de la SNDE sont presque servis, mais  celles qui sont situés après la zone «  lac bleu », l’équation demeure encore difficile à équilibrer. A défaut de l’eau de source, insalubre, située à de nombreux kilomètres, les populations s’approvisionnent auprès des véhicules vendeurs qui jouent souvent au jeu de la surenchère. La SNDE continue à assister impuissante les populations en difficulté et en danger, car l’eau servie par ces privés  provient souvent des sources dont la potabilité n'est pas avérée..

                                                    Cure d'amaigrissement pour l'espace du marché

Autre difficulté majeur, c’est l’approvisionnement en produits de première nécessité, le quartier Ngampoko ne disposant pas de marché de ravitaillement, en bonne et due forme. Les propriétaires fonciers ont presque tout vendu et l’espace réservé pour le futur marché continue à subir une cure d’amaigrissement. Une situation qui n’attire aucunement l’attention des autorités locales, comme si de rien était.

Ngampoko, l’un des nouveau-nés de l’arrondissement 8 Madibou fait figure de parent pauvre et gare à ceux qui exercent leurs activités quotidiennes au centre-ville de Brazzaville, car à partir de 21 heures plus de 100-100 et l’obscurité aidant, ils s’exposent à une insécurité grandissante, heureuse la zone est quadrillée par des hommes en tenue qui dissuadent encore les « coupeurs de route ».

Du reste, il faut un véritable plan d’aménagement urbain à « Ngampoko » pour sortir ce quartier de son enclavement. Il reste donc aux autorités locales de tenir le taureau par les cornes pour créer les meilleures conditions de vie de la population. C’est l’occasion d’interpeller les administrateurs maires et les élus locaux  pour jouer pleinement leur rôle afin que la décentralisation des collectivités locales, une des innovations de la nouvelle constitution, soit bénéfique pour tous les congolais.