Des bléssés graves et des dégats matériels importants ; la route nationale numéro 1 a encore fait des victimes, le 25 mai dernier,  à Makélékélé, arrondissement 1 de Brazzaille,  au quartier "la Fougère",  à quelques encablures du pont du Djoué.

 

accident fougère mai 2019

Une vue partielle de l'accident de la Fougère

Les jours du chauffeur de taxi et de la femme, en état de grossesse,  se trouvant à bord seraient comptés à l'hôpital Makélékélé où ils étaient conduits en urgence, suite à l'accident de circulation qui ait intervenu, le  samedi soir  Le véhicule de taxi , qui a fait collision avec le véhicule de transport de sable, provenait du pont du djoué en direction du marché Bifouiti.

Selon les témoignages, la faute revenait au chauffeur de taxi qui, en pleine vitesse, a fait un dépassement en pleine montée avant d'être surpris par un véhicule da sable qui amorçait sa déscente. Les images étaient insoutenables, car le taxi a fini sa course sous le gros baillou. Les témoins ont soutenu que, le chauffeur a perdu connaissance sur place, avec des blessures graves, ainsi que la femme qui étaient à bord, alors que la mercedes, en dehors de quelques égratinures, n(a enregistré aucun bléssé.

Cet accident grave vient relancer le problème d'incécurité routière dont sont souvent victimes des usagers de la route. Des chauffeurs, surtout  dont la tranche d'âge se situerait entre 20 et 25 ans,  une fois au volant, se croient tout permis  sur la route. Leur caractéristique particulière, c'est de rouler à tombeau ouvert sans aucune observation du code de la route. D'aucuns se demanderaient si leurs permis de conduire sont vraiment authentiques; D'où la necessité d'une enquête de moralité  préalable avant la délivrance du document car, il ya maintenant trop de "canards boîteux" sur la route qui distribuent la mort à tout instant.

Ces jeunes chauffeurs sont toujurs préssés et veulent être maîtres de la route, en toutes circonstances, bravant parfois les agents régulateurs de la route et surtout si le moyen appartient à un dignitaire de la République. Les usagers qui prennent souvent place dans les bus en commun subissent un vrai martyr. Outre, les décbels à outrance, ils devront faire face à des rallyes souvent entre véhicules et sans tenir compter des surcharges puis de l'état du moyen et de la route  laissant souvent à désirer.

Les usagers qui vivent à la périphérie de Brazzaville sont les plus exposés aux heures de pointe que sont la matinée et le coucher du soleil , car ce sont ces heures là où il faut faire le paquet pour la recette de la journée et gare aux clients raisonnables.  Leurs conseils sont spuvent foulés aux pieds et parfois injuriés et taxés de tout; La plupart du temps,  ce sont des bagarres qui s'ensuivent avec des clients souvent témeraires. Parfois, les clients désabusés se rabattent auprès de la police pour se faire justice.

Comme on le voit, il ya une certaine délinquance sur ceux qui sont censés assurés le trasport des usagers. Souvent drogués au volent, ils n'ont de compte à rendre à personne. Ce qui crée une certaine insécurité  sur la route et les pouvoirs publics sont là interpellés. des campagnes d'information et de sensibilisation et d'éducation s'imposent pour que la route fasse moins de victimes.s