C’est dans une atmosphère festive que Raoul Ominga a lancé sa campagne dans la circonscription électorale d’OYO 2, le 4 juillet 2017, à Liboka. Le candidat PCT se dit animer par une obligation morale de servir les populations d'Oyo 2.

le candidat Ominga

       Le candidat Maixent Ominga  au milieu de ses mandants

Liboka, à quelques encablures de la ville d’Oyo, dans la Cuvette, au Nord du Congo, village natale de sa mère, a servi de cadre pour le lancement de la campagne de Maixent Raoul OMINGA, candidat investi du Parti Congolais du Travail (PCT) aux législatives du 16 juillet prochain.

 Les hommes et femmes, venus des 35 villages composant cette circonscription électorale, ont le déplacement de ce lieu chargé d’histoire, pour écouter les raisons et les motivations de celui qu’ils appellent affectueusement « Mwené OMINGA ».

 Avant tout propos, les notabilités traditionnelles, représentées par Jérôme Lekindi, sont montées au créneau pour le rituel de consécration. Moment émouvant et de ressouvenir de l’historique de LIBOKA, qui a fait place aux allocutions de soutien au candidat du parti congolais du travail.

 Les jeunes, à travers leur représentant, ont rassuré le candidat OMINGA de leur vote pour son élection dès le 1er tour. Puisque, pour eux, le futur député et Oyo 2 constituent une unité indissociable.

 Les femmes, pour leur part, ont fait entendre leur voix en interpellant le postulant de maintenir le cap en poursuivant l’élan de solidarité, de générosité  et de cœur qui l’a toujours caractérisé.

 Prenant la parole à son tour, Raoul OMINGA a saisi la circonstance pour redire son attachement aux siens, avant de décliner les motivations de son engagement en politique : « je considère que j’ai l’obligation morale de concourir au bien-être social de mes mandants. Vous aidez, c’est m’aider, et ceci sans quête de fanfaronnade ni calcul. Il faut savoir entendre le cri du cœur. Et c’est toujours un réel plaisir que de servir les siens. »

 Raoul OMINGA n’a pas manqué de préciser que le rôle d’un député n’est pas de « construire les ponts, de bâtir des écoles, des marchés », tout en ajoutant « Mon objectif, je vous l’annonce clairement et franchement est d’être la voix qui crie, porte et exprime nos souffrances, nos désirs, nos souhaits et nos espérances à l’Assemblée Nationale. »

Ici et maintenant se profile la conclusion d’un pacte mieux d’un contrat social entre le candidat et ses futurs mandants, à traduire dans les faits le 16 juillet prochain.